188 Grande Rue Charles de Gaulle
94130 Nogent-sur-Marne
Tel : 06 37 67 36 20


Déjouer la manipulation : 6 clés pour parvenir à démasquer et contrer un manipulateur

Le

Déjouer un manipulateur : qui sont les manipulateurs au travail ?

Les manipulateurs sont partout dans notre vie privée comme au travail.  Mais tout le monde n’est pas manipulateur, même si chacun de nous peut faire preuve de manipulation et utiliser des stratégies pour parvenir à ses fins. Car en soi, la manipulation n’a rien de répréhensible. Chacun peut chercher, à un moment donné, à influencer autrui pour atteindre un objectif. Ainsi, les plus grands manipulateurs sont les parents. Car presque tous les parents utilisent des techniques de manipulation pour faire manger un enfant qui a décidé de ne pas le faire. 

Nous pouvons même faire un bon usage de la manipulation. C’est l’intention qui compte. Cependant, chez certaines personnalités, le comportement manipulateur peut se transformer en démarche déviante et aussi s’appliquer au contexte professionnel. Selon les travaux de l’universitaire australien James B. Shaw, ce trait de caractère devient alors nuisible pour les acteurs de l’organisation, et génèrent beaucoup de mal-être au travail : des souffrances sociales, psychologiques et psychosomatiques, altérant ainsi leur capacité à être efficaces au travail. 

Les manipulateurs savent surtout repérer et se servir des failles des autres et appuyer là où ça fait mal pour mieux en profiter. Ils blessent intentionnellement en jouant sur les faiblesses et les émotions négatives, comme, la peur, le stress, etc. Face aux manipulateurs et à certaines techniques de manipulation, il faut savoir ouvrir l’oeil. Leur mode opératoire, c’est la mise en place de techniques et de stratégies subtiles développées depuis l’enfance. 

Ils utilisent la séduction, l’art oratoire et jouent habilement sur l’affectif pour endormir notre vigilance. Avançant masqués, leur méthode est sournoise. Ils utilisent également la flatterie, la flagornerie, la duplicité et le mensonge pour arriver à leurs fins. Les manipulateurs cherchent à s’attribuer les mérites de leurs collègues et à faire porter la responsabilité de leurs erreurs sur les autres, en se gardant bien de dire ce qu’il font.  

Les manipulateurs tiennent souvent un discours politiquement correct, voire moral, en parfaite contradiction avec leurs actes, mais leur principal atout est l’utilisation des autres, qu’ils soient des collègues, des subordonnés ou des managers, pour réaliser leurs ambitions professionnelles. Tout peut prendre une allure de jeu de dupes. Ils n’ont pas d’intention positive car centrés sur eux-mêmes. Ils ne sont nullement dans un rapport gagnant/gagnant et veulent tirer toute la couverture à eux et n’ont pour unique objectif : la conquête du pouvoir. 

Certains comportements manipulateurs peuvent aller tellement loin dans la toxicité, que l’on peut faire face à des Pervers Narcissiques (PN). En psychologie, et plus particulièrement en psychanalyse, la perversion est décrite comme une forme de folie bien comprise, où l’individu se complaît dans le doute qu’il suscite chez l’autre. 

La plupart des gens sont soumis à des normes et des lois, qui peuvent provoquer un sentiment de culpabilité, un manque de confiance en soi, un interdit, une hésitation. Le PN s’engouffre dans les interdits que chacun se pose pour en exploiter les failles et provoquer le chaos en faisant entrer leurs victimes dans une spirale infernale de culpabilisation et de dévalorisation.

Mon premier conseil serait alors bien évidemment d’éviter tout rapport avec ce genre d’individu néfaste. Mais au travail, on peut faire difficilement l’économie de ce type de confrontation. Alors il vaut mieux apprendre à composer avec ce type de personnalité. 

Avant tout, vous devez vous-même apprendre à déjouer et contrer le manipulateur.  Pour cela, il faut aussi sortir du rôle de victime pour voir venir ce prédateur et  le dérouter. Vous allez ainsi réussir à passant entre ses pattes, comme un poisson qui glisse dans la main du pécheur et le déconcerter tout en le laissant stupéfait. 

Dans cet article, je vais vous livrer 6 clés simples et  efficaces pour le faire et le laisser pantois.

Clé n°1 :Repérez si vous pouvez être une proie pour le manipulateur

Avant tout, il faut que vous fassiez le point avec vous-même pour prendre conscience de votre attitude générale dans vos relations avec les autres. Vous devez également connaître les ressorts de votre estime de soi afin de repérer si vous pouvez être une proie pour un manipulateur potentiel. Pour cela, je vous invite à vous poser  les bonnes questions suivantes :

  • Êtes-vous sensible aux compliments ?
  • Êtes-vous touché par la critique ?
  • Faites-vous attention au regard des autres ?
  • Êtes-vous affecté par le jugement des autres ?
  • Avez-vous besoin de l’approbation des autres ?
  • Ressentez-vous la nécessité d’être encouragé quand vous prenez une initiative ?
  • Recherchez-vous constamment le soutien et la valorisation de la part des autres ?

Plus les opinions des autres ont de l’importance pour vous, plus vous êtes une proie idéale pour le manipulateur. Sachez que le manipulateur a un radar et il sait parfaitement détecter son “jouet”. En revanche, lorsque vous savez vous affirmer, exprimer vos idées, poser vos actions et que vous êtes suffisamment sûr de vous, le manipulateur disparaît. 

Ainsi, vous le neutralisez, toutes ses tentatives échouent, et cela sans que vous en preniez même conscience. Il fuit loin de vous car vous ne le nourrissez pas. Il comprend que la cause est perdue d’avance. Quand vous possédez une bonne estime de soi, lorsque vous avez confiance en vous et surtout dès lors que vous osez vous affirmer, vous possédez un  “répulsif anti-manipulation”.

Clé n°2 :Interrogez pour mieux cerner le manipulateur

Quelque chose dans l’attitude de votre interlocuteur ne vous semble pas normal, un indice vous met la puce à l’oreille. Vous devez faire preuve de prudence et de vigilance. Même si vous n’êtes pas face à un manipulateur, testez toujours la véracité de ses propos et questionnez-le sur ses objectifs. Pour mieux le cerner, posez-lui les questions du genre : 

  • Que souhaite-t-il ? 
  • Qu’attend-il de vous ? 
  • Que veut-il vous dire exactement ? 
  • De quoi parle-t-il en réalité ? 

N’hésitez-pas à lui poser ces questions directement pour avoir les réponses. Vous cernez ainsi ses intentions mais aussi et surtout cela le place dans une position qu’il n’apprécie guère. Ainsi, il est à votre portée, soumis à votre jugement. C’est une place d’autant plus difficile pour lui, car vous le sortez de sa zone de confort. Lui qui pense vous connaître, anticiper vos réactions, il ne s’attend pas du tout à être remis en cause. Cela le déroute complètement car d’habitude, c’est lui qui mène le jeu.

Ces simples questions le remettront dans le droit chemin.  Avec toute ces questions, vous allez créer votre propre radar à manipulateurs. Observez-le et analysez ses réponses, car un manipulateur a tendance à faire preuve de condescendance ou de frustration lorsque vous l’interrogez. Vous pourrez aussi lire les émotions qu’il ressent sur son visage et dans ses réponses : la déception, la frustration, l’aigreur, etc.

En interrogeant le manipulateur, vous lui démontrez votre prise de conscience face à son attitude. Mais le vaincre n’est jamais une chose simple et facile. Toutefois, votre intégrité demeure votre plus grand allié. Il en va de même de votre capacité d’affirmation, de votre responsabilisation et surtout de votre aptitude à être vous-même.

Clé n°3 :Soyez vous-même

Le manipulateur vous embrouille, vous dit tout et son contraire, pratique l’inversion accusatoire, vous fait des injonctions paradoxales. L’inversion accusatoire est une rhétorique selon laquelle votre interlocuteur vous accuse de choses dont lui-même est coupable. Quant à l’injonction paradoxale, c’est une des techniques les plus anciennes de conduite du changement  pour obtenir ce que l’on veut d’une personne sans appel à son libre arbitre. Elle consiste à placer une personne entre deux obligations contradictoires. L’une est consciente, l’autre non. L’injonction paradoxale rend possible de demander l’impossible.

Vous ne parvenez pas à avoir une communication fluide avec le manipulateur. Vous doutez même de vos relations avec les autres. Tout cela peut vous mettre hors de vous. Mais sachez que vous n’y êtes absolument pour rien. Dites-vous simplement que vous faites face à un manipulateur. Mais surtout apprenez à mieux gérer vos émotions face à lui. Car c’est surtout  votre intégrité, votre bonne foi et votre honnêteté qui vous aideront face au manipulateur. Et pour tout cela, vous devez surtout faire preuve de patience. 

Quand je suis moi-même confronté à une manipulation je me réfère à ce proverbe de Buddha : « Trois choses ne peuvent pas être cachées bien longtemps : le soleil, la lune et la vérité. » -. Je le trouve tellement puissant et profond, car ce proverbe à lui seul dicte la façon de se comporter face à la manipulation. Car il n’est pas nécessairement utile d’entrer dans un rapport conflictuel pour ébranler un manipulateur.

Alors face au manipulateur, adoptez les attitudes suivantes :

  • Soyez vous-même, 
  • Tenez vos promesses, 
  • N’en faites pas trop, 
  • Ne mentez pas,
  • Respectez vos engagements, 

Vous devez aussi insister sur le fait que vous faîtes les choses de votre plein gré, et que vous n’avez pas de justification à donner en cas de refus de faire ce qu’on exige de vous. Surtout ne tentez pas de  le changer, ou de lui faire entendre raison. C’est peine perdue et la cause est surtout perdue d’avance car vous ne pourrez jamais changer l’autre. En revanche, vous pouvez vous changer, même si ce n’est pas facile. Et pour cela, commencez à faire le deuil d’une communication idéale et directe avec ces personnes sournoises et fourbes. Sachez plutôt les repérer et rappelez-vous que le seul moyen à votre disposition est de les questionner encore et encore pour les détecter.

Clé n°4 : Dissociez les faits, les opinions et vos ressentis

Le saviez-vous ? 80% de nos échanges sont constitués d’opinions. Partant de ce postulat, comment pouvons-nous avoir des relations  efficaces si 80% de ce que l’on dit ou que l’on entend sont en fait que des « jugements » ? Essayez vous-même de ne pas juger, pour vous apercevoir comment vous jugez tout sans même en avoir conscience. 

Notre réalité est toujours empreinte de subjectivité. Pour autant, les faits sont objectifs et les opinions sont subjectives. Vous devez apprendre à dissocier les faits et les opinions. Et pour cela, vous devez ressentir autant que faire se peut les choses. C’est là que réside également une clé pour contrecarrer le manipulateur. Car ce dernier, en cherchant à vous convaincre, va vous soumettre à son jeu et peut vous piéger. 

Soyez vigilant et faites vraiment attention à tout ce qu’il dit. Voici un exemple pour illustrer cela : il essaie de vous convaincre que dans votre bureau il fait trop chaud…pour x raisons. Il a peut-être quelque chose derrière la tête, sûrement, vous convaincre de faire autre chose. 

Dites-lui que vous comprenez qu’il a trop chaud, lui, (c’est un sentiment ou un ressenti), mais que vous vous êtes bien. S’il vous dit, il fait plus chaud que d’habitude, nous sommes alors dans le registre de l’opinion. A vous de revenir uniquement au fait : « dans cette pièce il fait 21° ». Ce qui est alors indiscutable. Mais ne tentez pas de le convaincre qu’il fait la même température que d’habitude, vous n’aurez aucun moyen objectif de le persuader, ni de lui dire qu’il a tort d’avoir chaud. Surtout, respectez les opinions et sentiments des autres, identifiez-les comme tels et revenez à ce qui est indiscutable : les faits.

Clé n°5 : Evitez les distorsions, les omissions et les généralisations

Distorsions, omissions, généralisations, ces trois phénomènes linguistiques sont appelés métamodèle dans la Programmation Neuro-Linguistique (PNL). La PNL est un  ensemble de techniques de communication et de transformation de soi qui s’intéresse à nos réactions plutôt qu’aux origines de nos comportements. Un métamodèle est un modèle qui décrit la structure de modèles. Il permet de construire des langages de modélisation, des créer des relations entre les modèles et de définir les règles de modélisation.

Voici quelques éléments pour mieux  appréhender ce métamodèle. La distorsion est un lien établi à tort entre deux éléments ou événements. Exemple : « La route de la Plagne à Morzine est dangereuse ».  Dans cette phrase, le lien est établi à tort entre la route de la Plagne et le danger. C’est une distorsion. La route de la Plagne n’est pas dangereuse en elle-même. Simplement, conduire vite ou dans le brouillard, ou en ayant bu, sur la route de la Plagne, peut être source d’accident. C’est une distorsion.

Si de cette distorsion je dis « toutes les routes de montagne sont dangereuses… » je tire une loi, et je fais une généralisation. Enfin si je dis « ça ne peut plus durer… » je suis dans le registre de l’omission : je n’indique pas de quoi je parle et je laisse le soin à mon interlocuteur de deviner… au risque de se tromper. Ce métamodèle est un des outils clés des manipulateurs. Ils établissent des liens entre des éléments, affirment des généralités à partir d’une expérience personnelle unique, et surtout ne vous disent pas tout afin de vous laisser vous tromper et ensuite vous le reprocher ou le mettre en évidence. 

Pour lutter contre la manipulation, il faut questionner et ne pas rentrer dans le jeu de l’opinion. Et surtout insister et demander à votre interlocuteur de quoi il parle, de revenir aux faits, de préciser sa pensée, de donner des détails, de raconter son histoire, de donner des précisions : où, quand, comment, avec qui… Vous verrez que votre manipulateur sera vite décontenancé.

Clé n°6 :Identifiez vos besoins et respectez-les

Les manipulateurs se moquent éperdument de vos besoins. Alors si vous ne les respectez pas vous-même vous allez droit dans le mur. Il faut donc identifier vos besoins et lorsqu’un manipulateur tente de vous faire sortir de votre ligne de vie, et tente de vous convaincre de dire ou faire quelque chose, dont vous savez que cela vous rendra malheureux. Résistez. Dites NON. 

Si vous cédez, alors il y a de fortes chances pour qu’ensuite vous le lui reprochez.  Vous avez donc une part de responsabilité. Il se peut que certaines requêtes vous mettent en situation de conflit interne. On appelle cela une concession ou un compromis. Mais vous avez cédé. Résistez, ne cédez pas, même si la personne qui est en face de vous n’est pas manipulatrice vous ne le regretterez jamais.  

Certes, si vous dites NON, vous allez contrarier le manipulateur, mais vous serez en harmonie et en paix avec vous-même et finalement n’est-ce pas le plus important ? Car si il y a une personne que vous ne quitterez jamais, c’est bien vous-même.

Vous travaillez avec un manipulateur ? Que faire et quand consulter ?

Travailler avec un manipulateur n’est pas chose simple. Malheureusement, beaucoup d’entreprises favorisent les manipulateurs parce qu’ils donnent l’impression d’être efficaces dans leur travail en dépit des coûts humains et de productivité considérables qu’ils font subir à autrui et à l’employeur au cours du temps.

En 20 ans de carrière, j’ai eu affaire à un nombre incalculable de cas de manipulation, d’intimidation et d’usage inapproprié du pouvoir. Je peux vous aider à mieux faire face au comportement manipulateur et mieux travailler avec une personnalité manipulatrice

A cet effet, je me tiens à votre disposition. Vous pouvez prendre un rendez-vous en cabinet ou en ligne

Pour aller plus loin

Recommended for you