188 Grande Rue Charles de Gaulle
94130 Nogent-sur-Marne
Tel : 06 37 67 36 20


Stress au travail : 3 conseils efficaces pour s’en sortir

Le

Le stress au travail est une situation de déséquilibre qu’une personne éprouve dans son cadre professionnel, entre ce qu’on lui demande de faire et les ressources dont elle dispose pour y répondre. Ce déséquilibre s’installe dans la durée et a des répercussions dans sa vie personnelle et professionnelle. Le stress au travail est le quotidien de plus en plus de salariés. Près d’un salarié sur cinq subit un stress de manière journalière au travail, selon les résultats du rapport « The Workforce View in Europe 2019 ».

Vous êtes, vous-même, sujet au stress au travail, cet article vous présente 3 conseils simples et efficaces qui vous aident à en sortir. 

Sommaire : 

Les causes multiples et variées du stress au travail

Absence de reconnaissance, surcharge de travail, tâches répétitives, sentiment d’injustice, mauvaises conditions de travail…, les causes du stress au travail sont multiples et variées. Elles sont très inégalement perçues par les travailleurs. Le stress arrive quand ces derniers ont l’impression de subir leur environnement professionnel. Le manque de reconnaissance au travail est régulièrement cité comme un facteur de mal-être générant beaucoup de stress dans la vie professionnelle. Mais le stress peut également provenir d’autres facteurs liés au management,  tels que des objectifs insuffisamment définis, des objectifs inatteignables, un manque d’autonomie ou alors découler de relations interpersonnelles compliquées notamment lors de tensions avec la hiérarchie ou les collègues, lors de conflits ou de harcèlement, etc. Ces causes du stress au travail ont un impact amplifié dans un contexte de crise où beaucoup ont l’impression qu’ils n’ont pas d’autre choix que de subir. Le stress au travail, lorsqu’il n’est pas bien géré, peut devenir une réelle source de souffrance au travail et peut avoir des conséquences néfastes sur la santé des salariés et sur l’activité des entreprises.

Vous êtes stressé, fatigué, débordé… ? Evaluez gratuitement votre niveau de stress grâce à notre test en ligne. Il vous permet rapidement de faire le point sur votre situation.

Les conséquences du stress au travail sur l’entreprise 

Si le stress est souvent reconnu comme faisant partie du quotidien des salariés, il a aussi des répercussions très négatives sur le fonctionnement des entreprises :

  • Absentéisme,
  • Turnover,
  • Accidents de travail,
  • Journées de travail perdues,
  • Démotivation,
  • Dégradation de l’ambiance de travail,
  • Altération de l’image de l’entreprise,
  • Perte de qualité de la production,
  • Baisse de la productivité,…

Toutes ces incidences ont des contrecoups énormes en terme de coût pour les entreprises : 

  • Le coût de l’absentéisme dû au mal-être est évalué à 3 500 euros par salarié et par an, soit 7% de la masse salariale en France.
  • Selon une enquête menée par l’Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail, le stress serait à l’origine de 50 à 60 % de l’ensemble des journées de travail perdues.
  • On estime que le coût direct et indirect du stress pourrait être évalué entre 830 et 1 656 millions d’euros par an, ce qui équivaut à 10 à 20 % du budget de la branche accidents du travail / maladies professionnelles de la Sécurité Sociale. Selon une étude réalisée en France par l’INRES (Institut National de Recherche et de Sécurité)
  • Au niveau du management, plusieurs recherches, démontrent un coefficient de 2.4 entre le manque de formation des managers et les risques coronariens. Ce qui équivaut à 830 millions d’euros liés à de mauvaises pratiques.
les entreprises ont leur role dans la gestion du stress

L’entreprise a sa part de responsabilité face au stress. Pour lutter contre  les effets négatifs du stress, il est apparu primordial pour elle, de recourir à des facteurs de protection, comme le fait d’apprendre aux salariés à donner plus de sens à leur travail, mais aussi  et surtout à développer des liens d’appartenance et des liens sociaux… Pour cela, il est nécessaire d’établir un diagnostic qui aboutirait à un véritable plan d’action anti-stress qui serait mené au niveau du salarié et au niveau RH. Car le lien entre performance et management n’est plus à démontrer.

Pour aider les entreprises à établir ce diagnostic, le recours à un(e) consultant(e) en ressources humaines peut s’avérer très utile et efficace.

Des chiffres alarmants liés au stress au travail

45% des travailleurs s’estiment fréquemment ou très fréquemment stressés au travail, selon une étude de la mutualité Solidaris. Il s’agit d’une augmentation de 15% par rapport à 2012. « On observe une augmentation des demandes concernant le stress au travail, mais aussi la souffrance au travail, constate Serge Goffinet, psychiatre et président du réseau burn-out. « Ça va des conduites de harcèlement, à la surcharge et surtout au manque de reconnaissance qui est la plainte principale de l’ensemble des travailleurs. »  Plus d’un sondé sur trois pense que la situation du stress au travail va encore se détériorer dans les prochaines années. 

L’enquête révèle l’existence de disparités importantes au sein des différentes générations quant au stress subi par la population active. A l’origine de cette divergence, une différence de perception et de rapport au travail en fonction des tranches d’âge concernées. On retrouve des clivages générationnels importants sur des sujets aussi variés que les modes de vie, la relation à la hiérarchie, le rapport à la technologie…

Ainsi, la tranche des salariés les plus impactés par le stress au travail est c’est la génération X, les personnes nées entre 1960 et 1980 dite « génération baby bust », en particuliers les plus de 50 ans. 35% des plus de 50 ans souffrent de stress au travail. Entrés dans la cinquantaine, ce sont des personnes pour qui le changement et la perte d’emploi représentent le plus de risque.

Mais on peut dire également que la génération Y est sévèrement touchée. Je rencontre dans mon activité de plus en plus de jeunes travailleurs en plein burn-out, confrontés à un niveau de stress aigu. Ces jeunes nés entre 1980 et 1995, nés avec le digital ne sont nullement épargnées. Ils ont moins de 35 ans, sont hyper-diplômés pour répondre à un marché de l’emploi de plus en plus difficile, dans un  contexte économique fragile voir hostile.

L’enquête met en exergue le fait que cette situation est due à une crise directement liée au modèle d’entreprise. Cette dernière exige toujours plus avec moins de moyens. Toujours plus vite, toujours plus haut et toujours plus longtemps, paradoxe avec lequel doit composer cette génération. Il n’est pas rare d’être un jeune actif de 28 ans et avoir déjà fait un ou plusieurs burn-out. Tous les ingrédients sont réunis pour créer une situation de stress débouchant sur le burn-out. Les managers sont eux-mêmes de plus en plus stressés et contaminent les salariés.

La génération Z, celle née après 1995, sont hyper-connectés. Les jeunes travailleurs issus de cette période, sont impliqués dans le travail, mais ce n’est pas l’unique but de leur vie.  Issus eux-mêmes de la génération X, ils ont vu leurs parents se battre, pour être finalement déçus. Ils entendent souvent tout leurs discours empreint de négativité vis-à-vis de leur travail. On dirait qu’ils veulent prendre plus de distance vis-à-vis de travail. On observe même que certains se positionnent en dehors de ce système, duquel ils veulent se protéger.

Les conseils pour gérer le stress au travail 

Une bonne stratégie de gestion du stress pour le salarié passe par un bon équilibre entre la dépense d’énergie et la récupération. 

Je vais vous donner 3 conseils efficaces qui peuvent vous éviter de rentrer dans une spirale négative qui pourrait par la suite avoir des conséquences graves. 

1. Apprenez à vous déconnecter du travail

ordinateur fermée, déconnection

Il faut savoir passer à autre chose et ne pas ramener sa journée stressante à la maison. Avant de boucler votre travail, faites une liste des dossiers traités et des avancements. Cela contribuera à vous donner une autre façon de voir votre journée de travail, sous l’angle du devoir accompli. 

Il est important également de mettre en place plusieurs sources d’équilibre pour parvenir à détourner son attention de la journée de travail, en la focalisant sur tout autre chose que de penser sans cesse au travail. Pour cela, il convient d’avoir des activités sociales pour se régénérer après le travail. 

Cette déconnexion passe aussi par l’abandon du téléphone. Il faut savoir couper le téléphone et le mettre en mode « off ». Car la tentation est grande de lire encore ses mails et de répondre au téléphone après le travail.

Si certains aspects de la journée de travail continuent à vous peser et vous encombrent l’esprit dans la soirée, prenez rendez-vous avec vous-même en appliquant ce que j’appelle “Le besoin satisfait”, en recherchant en vous le besoin qui n’est pas satisfait. Contentez-vous alors de répondre à votre besoin, au lieu de vous focaliser sur votre émotion. Car une émotion est toujours un besoin qui n’est pas satisfait.

2. Pratiquez une activité physique. 

Le sport contribue à réduire le stress au travail. L’exercice physique est idéal pour le bien-être. Pas besoin d’être dans l’excès. On peut s’adonner juste à une activité légère pour prendre soin de soi. Pratiquer une activité physique, c’est une forme d’estime de soi. Et en règle générale, quand on se sent bien dans son corps, on se sent mieux dans sa tête. 

  • La marche : Aller marcher 45 minutes, tous les jours ou 3 à 4 fois par semaine peut faire du bien et vous permettre de renforcer votre système nerveux, en libérant des endorphines, hormone anti-­stress.
  • La natation lente : Aller nager au moins 30 à 45 minutes, cela permet de réduire le stress. L’eau a des vertus apaisantes et relaxantes. La natation est connue pour ses effets antidépresseurs, qui s’expliquent aussi par l’effet de l’eau sur le système nerveux.  De plus, nager c’est aussi bon pour la confiance parce que cela modifie l’image de soi et celle que l’on renvoie aux autres.
  • Les techniques de pleine conscience : La respiration, le yoga, la méditation, la relaxation, ces techniques peuvent servir à récupérer mieux que le sommeil et permettent au système nerveux de se régénérer. Car en situation de stress, le sommeil est de mauvaise qualité.

3. Prenez du recul 

Pour certaines personnes, déconnecter du boulot s’avère une tâche relativement difficile, voir impossible. Je les appelle “les drogués du boulot”. Dans ma pratique professionnelle, je les rencontre souvent. Ils sont très consciencieux, aiment le travail et en sont carrément “accros”.

C’est peut-être vous ! 

Vous avez quelquefois du mal à comprendre ce qui se passe en vous. Vous ne parvenez pas toujours à identifier tout ce qui se passe en vous et à prendre du recul par rapport aux situations. Avec les autres, c’est encore compliqué, car vous ne vous sentez pas vraiment écouté, vous avez l’impression d’être jugé. Vous ne vous sentez pas toujours compris. Vous ne parvenez pas toujours à vous défendre. Vous cherchez plutôt à vous protéger, à faire l’autruche, et parfois même, vous êtes dans la fuite. Vous éprouvez de la culpabilité, beaucoup de culpabilité…

A force d’accumulation, vous devenez sous l’emprise de vos propres émotions et vous ne parvenez plus à les maîtriser. Vous perdez le contrôle : vous devenez irritable, avec peut-être des accès de colère. Vous ruminez et ressassez tout le temps. Vous êtes triste…

Alors vous avez perdu confiance, en vos capacités, en vos compétences… Vous êtes devenu de plus en plus méfiant par rapport aux autres. Vous êtes obligé de faire plus, pour compenser votre manque d’efficience. 

A ce stade, votre estime de soi est réellement touchée et vous avez sûrement du mal à refaire surface. Il faut peut-être envisager de voir un psychologue pour comprendre ce qui se passe.

Vous vous sentez concerné ou vous connaissez quelqu’un qui se trouve dans cette situation. Vous n’êtes pas seul ! Je me tiens à votre disposition. Vous pouvez prendre un rendez-vous en ligne ou en cabinet.